Edgar l'theling

Edgar l'theling

Edgar l'Ætheling, fils d'Edouard l'Exil et petit-fils d'Edmond Ironside, est né en Hongrie en 1052. Il était le petit-neveu du roi et était un descendant du roi le plus impressionnant des anglo-saxons, Alfred le Grand.

Pendant ses cinq premières années, Edward vécut en exil avec sa famille, mais retourna en Angleterre en 1057. À la mort d'Édouard le Confesseur en 1066, Edgar, le petit-neveu de l'ancien roi, était l'héritier légitime du trône anglais. Cependant, Edgar n'avait que 14 ans et certains pensaient qu'il était trop jeune pour devenir roi.

Après la mort d'Harold de Wessex à la bataille d'Hastings, le Witan choisit Edgar comme prochain roi d'Angleterre. Cependant, il est contraint de se soumettre à Guillaume le Conquérant qui contrôle désormais le pays.

Edgar a vécu à la cour de William jusqu'à sa fuite en Écosse en 1068. Après que le roi Malcolm III a signé le traité d'Abernethy (1072), Edgar a été contraint de demander la protection du roi Philippe Ier en France. Il est finalement retourné en Angleterre où il a reçu une pension de 1 £ par jour.

En 1097, William Rufus mit Edgar à la tête d'une invasion de l'Écosse. Plus tard, il partit en croisade en Terre Sainte. Edgar Atheling mourut en 1125.


Edgar l'Atheling

Edgar l'Aethling (ou Edgar l'theling, c. 1051 – c. 1126 [1] ) était un prétendant au trône d'Angleterre en 1066 après la mort d'Édouard le Confesseur. [2] Edgar était un choix populaire parmi les Anglais, parce qu'il était anglais et un petit-fils d'Edmund Ironside.

Edgar est né en Hongrie parce que son père y était en exil. Quand Edgar avait cinq ans, son père, Edouard l'Exilé, retourna en Angleterre depuis la Hongrie. Il avait été exilé d'Angleterre pendant le règne des Vikings. Peu de temps après son retour, le père d'Edgar est décédé dans des circonstances mystérieuses.


Edith de Wessex, reine d'Angleterre

La noblesse de tes ancêtres t'a magnifiée, ô Edith,
Et toi, épouse d'un roi, magnifie tes ancêtres.
Beaucoup de beauté et beaucoup de sagesse étaient à toi
Et aussi la probité avec la sobriété.
Tu enseignes les astres, la mesure, l'arithmétique, l'art de la lyre,
Les modes d'apprentissage et la grammaire.
Une compréhension de la rhétorique vous a permis de prononcer des discours,
Et la droiture morale informe votre langue.
Le soleil a brûlé pendant deux jours en Capricorne
Quand tu as abandonné le poids de ta chair et que tu t'en vas.

Godefroy de Cambrai, prieur de la cathédrale de Winchester (1082-1107)

Nous aimerions examiner la vie d'une femme qui fut contemporaine d'Emma de Normandie, Mathilde de Flandre et mentor de sainte Marguerite d'Écosse. Elle était Edith de Wessex et l'épouse du roi Édouard le Confesseur.

Le grand-père d'Edith, Wulfnoth, et son père Godwin étaient des nobles anglais des Saxons du Sud. Godwin était un militaire dans l'entourage du fils du roi Aethelred le Non prêt, Athelstan. Mais il s'est vraiment fait un nom sous le roi Cnut en réprimant une rébellion au Danemark. À son retour, Cnut lui a donné Gytha, sa belle-sœur par alliance, comme épouse.

Godwin et Gytha ont eu au moins 9 enfants. Edith était plus que probablement leur fille aînée et née vers 1025. Godwin voulait qu'Edith soit bien élevée et préparée pour une vie importante, elle a donc été envoyée pour être éduquée à l'abbaye royale de Wilton avec d'autres femmes nobles. Wilton avait la réputation d'être riche, aristocratique et extrêmement cultivé. Les historiens de son époque ont décrit Edith comme faisant preuve de piété, de bonnes manières, adepte de la broderie, du tissage et d'autres arts. Elle parlait latin, français, danois et irlandais et était accomplie en grammaire, rhétorique, arithmétique et astronomie. Elle serait éternellement reconnaissante à Wilton et reconstruisit plus tard l'abbaye en pierre afin qu'elle ne brûle pas comme les autres abbayes construites en bois.

Au cours des années de troubles lorsque le trône anglais était repris par les Danois et d'autres héritiers anglo-saxons, un incident s'est produit où Godwin a sanctionné le meurtre du futur frère du roi Edward, Alfred. Edward et Alfred étaient les fils d'Aethelred the Unready et de la reine Emma. Edward est finalement revenu d'exil en Normandie pour devenir roi d'Angleterre. Edward avait une dette de gratitude envers Godwin pour son allégeance en l'aidant à gagner le trône, mais ils n'ont jamais eu de lien fort. Ils parlaient des langues différentes, Edward blâmait Godwin pour le meurtre de son frère et Godwin devait toujours rester plus puissant qu'Edward. Edward a payé à Godwin de grosses sommes en cadeaux et en terres pour maintenir sa loyauté. Godwin a demandé à Edward d'épouser sa fille Edith. Edward, ayant besoin du soutien militaire et de la fidélité de Godwin, accepta. Edith était le pion principal du jeu de Godwin pour gouverner l'Angleterre. Il voulait que son futur petit-fils soit roi.

Edith et Edward se sont mariés le 23 janvier 1045 quand Edward avait quarante ans et Edith avait environ vingt-deux ans. Edith a été consacrée reine. On dit qu'elle a toujours conseillé Edward avec sagesse. Elle a commencé un programme pour améliorer l'image d'Edward en l'habillant royalement et en ornant leurs appartements privés de décorations et de tapis espagnols. Elle avait fait pour lui un bâton incrusté d'or et de pierres précieuses. La grande tragédie du mariage était le manque d'enfants. Les historiens se sont disputés au fil des ans pour savoir pourquoi. Peut-être que l'un ou l'autre était stérile. Edward n'avait pas d'enfants illégitimes, ce qui était inhabituel pour l'époque. Edward a peut-être ressenti que la famille d'Edith était plus puissante que lui et n'a tout simplement pas eu de relations sexuelles avec Edith en représailles. Peut-être qu'Edward était pieux et sentait qu'il devait être célibataire. Les historiens modernes soutiennent maintenant qu'ils ont eu des relations sexuelles et n'ont tout simplement pas eu d'enfants. Cette stérilité dans le mariage devait avoir un impact puissant et direct sur l'histoire de l'Angleterre.

En 1051, pour de nombreuses raisons, une querelle colossale éclata entre Edward et Godwin. Godwin a été accusé d'inconduite et devait être jugé. Godwin a plutôt choisi de fuir le royaume, emmenant plusieurs de ses fils avec lui. Edward a banni Edith dans un couvent et toutes ses terres ont été confisquées. Godwin retourna en Angleterre en 1052. Edward était prêt à le combattre mais manquait du soutien nécessaire pour prendre position. Godwin a imploré le pardon et a demandé le retour de ses terres. Edward céda et Edith retourna au tribunal.

Après le bannissement d'Edith, elle a semblé augmenter sa loyauté envers son père et ses frères, y compris Harold. Le pouvoir d'Edward diminua et le sien augmenta. Après 1055, ses frères gardèrent le nord et le sud du royaume, permettant à Edward de chasser et de faire des œuvres pieuses. Edith a été témoin de nombreuses chartes. On dit qu'elle aimait confisquer des reliques saintes et des trésors précieux d'autres cathédrales et abbayes et les donner à son abbaye de Wilton.

En 1057, Edward et Edith ont accueilli à la cour Edward l'Exil de Hongrie, un petit-fils survivant du roi Aethelred et fils du roi Edmund Ironside. Edward est venu avec sa femme Agatha, sa fille aînée Margaret et son fils Edgar Atheling. Edith a adopté Edgar comme son fils et a placé Margaret à Wilton pour être éduquée. Elle a appris à Margaret beaucoup de choses sur le fait d'être une reine, qu'elle a ensuite adoptées lorsqu'elle a épousé Malcolm, roi d'Écosse.

Edward allait tomber malade et mourut en janvier 1066. Le frère d'Edith, Harold fut élu roi par le conseil mais dut immédiatement combattre les invasions des Norvégiens et finalement de Guillaume de Normandie. Harold a été tué à la bataille d'Hastings en octobre 1066 et Guillaume le Conquérant est devenu roi d'Angleterre. William a envoyé des hommes à Winchester pour exiger un hommage de la reine Edith et elle s'est volontairement conformée et s'est alliée à William. William, à son tour, la respectait et lui permettait de conserver tous ses biens et revenus. Edith a commandé un livre sur sa famille, elle-même et son mariage avec Edward, plus tard connu sous le nom de The Confessor. Le livre, Vita Edwardi Regis, "Life of King Edward Who Rests at Westminster" a été écrit par un moine inconnu de Flandre et est la principale source d'informations que nous avons sur la vie d'Edith. Edith devait garder un entourage entièrement anglais jusqu'à sa mort le 18 décembre 1075 dans la mi-cinquantaine. Elle a été enterrée avec Edward dans l'abbaye de Westminster.

Sanctuaire d'Edouard le Confesseur à l'abbaye de Westminster

Post-scriptum : La reine Edith est l'une des trois seules femmes représentées dans la Tapisserie de Bayeux, un panorama brodé du XIe siècle qui raconte la saga de Guillaume, duc de Normandie, la conquête de l'Angleterre. C'est l'un des premiers récits que nous ayons de l'histoire de cette grande aventure.

Edith représentée dans la Tapisserie de Bayeux

Pour en savoir plus : « The Godwins » de Frank Barlow, « Queen Emma & Queen Edith : Queenship and Women's Power in Eleventh-Century England » par Pauline Stafford, « Life of King Edward who Rests at Westminster » par un moine anonyme, « 1066 : L'histoire cachée dans la tapisserie de Bayeux » par Andrew Bridgeford


Edgar Atheling garde le trône

Non, je veux dire le fils d'Edgar, Edgar III, il est célibataire, donc une fois qu'il mourra, la nation serait instable et le moment idéal pour les Danois d'envahir.

nous n'avons presque rien à son sujet, donc je pense qu'il devrait être un roi sans enfant.

Tonifranz

Non, je veux dire le fils d'Edgar, Edgar III, il est célibataire, donc une fois qu'il mourra, la nation serait instable et le moment idéal pour les Danois d'envahir.

nous n'avons presque rien à son sujet, donc je pense qu'il devrait être un roi sans enfant.

Empereur Max

Empereur Max

Empereur Max

VVD0D95

Empereur Max

Empereur Max

Prince de Corse

Mais être sur le trône serait un grand changement de circonstances pour Edgar, un changement qui signifierait certainement qu'il aurait une famille différente et une vie différente.

Ou, en d'autres termes, pensez-vous que les personnes qui ont existé dans notre propre histoire trois siècles plus tard existeraient également dans ce monde ?

Empereur Max

Prince de Corse

OK, permettez-moi de le dire de cette façon.

Edgar III, dans notre histoire, était un noble discret en Angleterre avec des perspectives naturellement limitées. En revanche, s'il vivait dans ce monde où son père était roi, il serait héritier du trône d'Angleterre et aurait donc des opportunités très différentes. Un roi se marie différemment d'un petit noble, n'est-ce pas ? Donc Edgar aurait une vie complètement différente, rencontrerait une femme complètement différente et aurait peut-être avec ses enfants qui seraient différents de ses propres enfants dans l'Histoire dans au moins 50% du génome. Et cela changerait considérablement l'histoire.


  • />Princesse Marguerite d'Angleterre 1045-1093
  • />Christina du Wessex †

Note individuelle

Edgar theling
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Règne 14 octobre 1066 décembre 1066
Né vers 1051
Kiev ou Hongrie
Mort vers 1126
Lieu inconnu
Lieu d'inhumation inconnu
Marié Margaret, sœur de Malcolm III d'Écosse
Parents Edouard l'Exilé
Agathe

Edgar Ætheling ou Eadgar II (c. 1051 c. 1126) était le dernier membre de la maison royale anglo-saxonne. Né en Hongrie, il était également connu sous le nom de "Edgar le hors-la-loi". Le nom anglo-saxon Atheling ou, plus correctement, Æþeling, signifie « homme de sang noble, chef, prince » et a été utilisé à la fin de la période pour désigner spécifiquement les fils du roi. Proclamé roi par le witan après la mort d'Harold II à la bataille d'Hastings le 14 octobre 1066, Edgar n'a jamais été couronné et soumis à Guillaume Ier environ huit semaines plus tard. Il n'avait que treize ou quatorze ans.

Edgar était le fils unique d'Edouard l'Exil, héritier du trône d'Angleterre et petit-fils du roi Edmund Ironside. À la mort de son père en 1057, Edgar a été nommé héritier par le roi Édouard le Confesseur. Edgar a été élevé à la cour d'Edward, avec ses sœurs, Margaret et Christina. Cependant, il était trop jeune au moment de la mort du roi en janvier 1066 pour défendre le pays contre une invasion imminente, et son élection en tant que roi après la mort d'Harold n'était qu'un signe symbolique de défiance contre les forces d'invasion normandes.

Edgar comptait en grande partie pour son soutien sur l'archevêque Stigand et sur les comtes Edwin de Mercie et Morcar de Northumbria et, lorsque cela s'affaiblit (en quelques jours après le witan), Edgar fut inévitablement contraint de se soumettre à William à Berkhamstead soit fin novembre ou début décembre 1066.

William a bien traité Edgar. Voyant un avantage politique, il le garda sous sa garde et le ramena finalement à sa cour de Normandie. Cependant, Edgar se joignit à la rébellion des comtes Edwin et Morcar en 1068 et, bien que vaincu, il s'enfuit à la cour de Malcolm III d'Écosse. L'année suivante, Malcolm épousa la sœur d'Edgar, Margaret, et accepta de soutenir Edgar dans sa tentative de revendiquer la couronne d'Angleterre. En échange, Edgar épousa la sœur de Malcolm, une autre Margaret. Edgar fit maintenant cause commune avec Sweyn Estridson, roi de Danemark et neveu de Canut, qui croyait être le roi légitime d'Angleterre.

Leurs forces combinées envahirent l'Angleterre en 1069. Ils capturèrent York, mais ne proclamèrent pas l'indépendance de la Northumbrie. Guillaume marcha vers le nord, dévastant le pays au fur et à mesure. Il a payé les Danois pour partir, tandis qu'Edgar s'est enfui en Écosse. Il y resta réfugié jusqu'en 1072, date à laquelle Guillaume fit appliquer avec succès un traité de paix sur Malcolm, dont les termes comprenaient l'exil d'Edgar. Edgar a finalement fait la paix avec Guillaume en 1074, mais il n'a jamais complètement abandonné ses rêves de reconquérir le trône d'Angleterre. Il soutient Robert, duc de Normandie, contre Guillaume II en 1091 et se retrouve de nouveau à chercher refuge en Écosse. Il a également soutenu son neveu, Edgar, dans l'obtention du trône écossais, renversant Donald III.

Vers 1098, il se rend à Constantinople, où il a peut-être rejoint la garde varangienne de l'empire byzantin. Plus tard cette année-là, l'empereur Alexis Ier lui donna une flotte pour aider à la première croisade et apporta des renforts aux croisés au siège d'Antioche. Il fut fait prisonnier à la bataille de Tinchebrai en 1106 en combattant pour le duc Robert contre Henri I. Il retourna en Angleterre où Henri lui pardonna, et il se retira dans son domaine du Hertfordshire. Sa nièce Edith (renommée Mathilde) avait épousé Henri Ier en 1100. On pense qu'Edgar a voyagé en Écosse tard dans sa vie, peut-être vers l'an 1120, et était encore en vie en 1125, mais est peut-être mort peu de temps après, au début des années soixante-dix. . À ce moment-là, il était oublié par la plupart et on ne se souvient plus que du «roi perdu» d'Angleterre.

Précédé par:
Harold II roi d'Angleterre
1066 Remplacé par :
Guillaume Ier


Edgar, roi d'Angleterre sans couronne

-http://en.wikipedia.org/wiki/Edgar_the_%C3%86theling
1066 (mars) Morcar&# x2019s soeur Edith, marié Harold II. Ce mariage politique a assuré que Morcar et Edwin sont restés fidèles à la couronne. Harold&# x2019s deux fils d'Edith, Harold et Ulf, sont nés après sa mort.

Edgar ou Eadgar &# x00c6theling (ch. 1051 &# x2013 c. 1126) était le dernier membre masculin de la maison royale de Cerdic de Wessex (voir l'arbre généalogique de la Maison de Wessex), la dynastie régnante d'Angleterre. Il fut proclamé, mais jamais couronné, roi d'Angleterre.

Aucune preuve qu'il s'est marié

Il est très incertain s'il a eu des enfants, voir ci-dessous.

Après la défaite du roi Harold II à Hastings le 14 octobre 1066, l'archevêque Ealdred d'York, les comtes Edwin et Morcar, et les citoyens de Londres ont soutenu Edgar en tant que successeur du roi Harold II [1943]. Cependant, son soutien s'effondre rapidement et il jure allégeance au roi Guillaume "le Conquérant" à Berkhamsted, avant que ce dernier ne se rende à Londres. Florence de Worcester rapporte que "clitonem Edgarum" est allé avec le roi Guillaume en Normandie le 21 février [1067][1944].

La Chronique anglo-saxonne rapporte qu'Edgar a quitté l'Angleterre avec sa mère et ses sœurs à l'été 1067 et a trouvé refuge à la cour de Malcolm King of Scotland [1945]. Florence de Worcester rapporte que "clitone Eadgaro et matre sua Agatha duabusque sororibus suis Margareta et Christina" ont quitté l'Angleterre pour l'Ecosse, dans un passage qui traite des événements de la mi-1068 [1946]. Il marcha sur York en 1069. Il partit pour les Flandres en exil, mais retourna en Écosse le 8 juillet 1074. Florence de Worcester rapporte que "clito Eadgarus" a quitté l'Ecosse pour l'Angleterre en [1073], et s'est rendu en Normandie où il a fait la paix avec le roi Guillaume[ 1947]. Florence de Worcester rapporte que "clito Eadgarus" est allé dans les Pouilles avec 200 chevaliers en [1086][1948].

Florence de Worcester rapporte qu'Edgar a vécu en Écosse après avoir été expulsé de Normandie par le roi Guillaume Ier, mais a été invité à revenir en Angleterre par Robert Comte de Mortain en 1091 afin de négocier la paix entre Malcolm, roi d'Écosse et le roi Guillaume II après l'invasion du roi Malcolm. Northumberland [1949]. Il a dirigé l'armée envoyée par le roi Guillaume II en Écosse en 1097 pour expulser le roi Duncan II et installer son neveu Edgar comme roi[1950].

"�gari aederling…" a souscrit la charte du 30 août 1095 en vertu de laquelle "Edgarus filius Malcolmi Regis Scottorum" a accordé des dons pour les âmes de "fratrum meorum Doncani et Edwardi"[1951]. Florence de Worcester rapporte que "clitorem Eadgarum" a conduit une armée en Ecosse en [1097] pour placer "consobrinum suum Eadgarum Malcolmi regis filium" sur le trône écossais après avoir expulsé "patruo suo Dufenaldo" [1952]. Les forces sous son commandement ont capturé Lattaquié en mars 1098 avant de la remettre à Robert III duc de Normandie, selon Orderic Vitalis qui appelle Edgar « indolent » [1953]. Il a soutenu Robert Duc de Normandie dans son combat avec son frère Henri Ier roi d'Angleterre en 1106, et a été fait prisonnier par le roi à la bataille de Tinchebrai mais libéré peu de temps après. La principale source qui enregistre qu'il était encore en vie en 1126 n'a pas encore été identifiée.

[Maîtresse (1) : ---. Aucune trace n'a été trouvée qu'Edgar ætheling se soit jamais marié. Cependant, l'entrée 1157 Pipe Roll citée ci-dessous suggère qu'il peut avoir eu des descendants. Si cela est correct, il est probable qu'il s'agissait d'une ligne illégitime car il n'y a aucune trace de leur avoir revendiqué le trône.

[Edgar a eu un enfant [illégitime] par Maîtresse (1)] :

  • je) [---. Cette descente est complètement spéculative. Cependant, l'explication la plus évidente de l'entrée 1157 Pipe Roll citée ci-dessous est qu'Edgar ætheling a laissé des descendants, vraisemblablement par le biais d'un enfant illégitime, car il n'y a aucune trace de leur avoir revendiqué le trône. m ---.] Un enfant :
    • (a) [EDGAR "Ætheling" . Le Pipe Roll 1157 enregistre "Edgar Ætheling" dans le Northumberland [1954]. Si sa descendance d'Edgar ætheling est correcte, il serait cohérent d'un point de vue chronologique si Edgar était le petit-fils aîné d'Edgar´.]

    Edgar est né en Hongrie, où son père Edward l'Exil, fils du roi Edmund II Ironside, avait passé la majeure partie de sa vie, s'étant enfui à l'étranger après la mort d'Edmund et la conquête de l'Angleterre par le roi danois Cnut en 1016. Sa mère était Agatha, qui a été décrite comme une parente de l'empereur allemand, mais dont l'identité exacte est inconnue. Il était le fils unique de ses parents mais avait deux sœurs, Margaret et Cristina.

    En 1057, le roi d'Angleterre sans enfant, le demi-frère d'Edmund Ironside, Edouard le Confesseur, qui n'avait appris que récemment que son neveu était encore en vie, convoqua Edward en Angleterre avec sa famille pour prendre sa place à la cour en tant qu'héritier du trône. . L'exilé de retour est mort dans des circonstances incertaines peu de temps après son arrivée en Angleterre.[2] Edgar, encore un petit enfant, est resté le seul membre masculin survivant de la dynastie royale en dehors du roi. Cependant, ce dernier n'a fait aucun effort enregistré pour consolider la position de son petit-neveu en tant qu'héritier d'un trône qui était observé par un éventail de puissants prétendants potentiels, dont le principal aristocrate anglais Harold Godwinson, comte de Wessex et les dirigeants étrangers Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, le roi Sweyn II Estrithson de Danemark et le roi Harald III Hardrada de Norvège.

    Lorsque le roi Edward mourut en janvier 1066, Edgar n'avait encore que 14 ans, trop jeune pour être un chef militaire efficace. Cela n'avait pas été auparavant un obstacle insurmontable : les premiers rois d'Angleterre Eadwig, Edgar et Edward le Martyr étaient tous montés sur le trône à un âge similaire, tandis qu'Aethelred II Unraed était nettement plus jeune lors de son accession. Cependant, les ambitions avares qui avaient été suscitées dans le nord-ouest de l'Europe par l'absence d'héritier d'Édouard le Confesseur avant 1057, et par l'échec du roi par la suite à préparer le terrain pour qu'Edgar lui succède, ont supprimé toute perspective d'une succession héréditaire pacifique. . Edgar était également sans parents adultes puissants pour défendre sa cause. La guerre était clairement inévitable et Edgar n'était pas en mesure de la combattre. En conséquence, le Witanagemot a élu Harold Godwinson, l'homme le mieux placé pour défendre le pays contre les prétendants étrangers concurrents, pour succéder à Edward.

    Après la mort d'Harold à la bataille d'Hastings contre les envahisseurs normands en octobre, les Witanagemot se sont réunis à Londres et ont élu Edgar roi. Le nouveau régime ainsi établi était dominé par les membres survivants les plus puissants de l'élite anglaise, Stigand, archevêque de Cantorbéry, Ealdred, archevêque d'York et les frères Edwin, comte de Mercie et Morcar, comte de Northumbria. L'engagement envers la cause d'Edgar de ces hommes, qui avaient si récemment abandonné sa prétention au trône sans hésitation apparente, a dû être douteux dès le départ. La force de leur détermination à poursuivre la lutte contre Guillaume de Normandie était discutable et la réponse militaire qu'ils organisèrent face à l'avancée normande continua fut inefficace. Lorsque William a traversé la Tamise à Wallingford, il a été rencontré par Stigand, qui a maintenant abandonné Edgar et s'est soumis à l'envahisseur. Alors que les Normands se rapprochaient de Londres, les partisans restants d'Edgar ont cédé et, fin novembre ou début décembre, ils ont emmené le jeune roi sans couronne rencontrer William et se soumettre à lui à Berkhamsted, mettant discrètement de côté l'élection d'Edgar.[3]

    William a gardé Edgar sous sa garde et l'a emmené, avec d'autres dirigeants anglais, à sa cour de Normandie en 1067, avant de retourner avec eux en Angleterre. Edgar peut avoir été impliqué dans la rébellion avortée des comtes Edwin et Morcar en 1068 dans tous les cas, cette année-là, il s'enfuit avec sa mère et ses sœurs à la cour du roi Malcolm III Canmore d'Écosse. Malcolm a épousé la sœur d'Edgar Margaret et a accepté de soutenir Edgar dans sa tentative de récupérer le trône d'Angleterre.[4] Lorsqu'une rébellion majeure éclata en Northumbrie au début de 1069, Edgar retourna en Angleterre avec d'autres rebelles qui s'étaient enfuis en Écosse, pour devenir le chef, ou du moins la figure de proue, de la révolte. Cependant, après les premiers succès, les rebelles ont été vaincus par William à York et Edgar a de nouveau cherché refuge auprès de Malcolm.[5] À la fin de l'été de cette année-là, l'arrivée d'une flotte envoyée par le roi Sweyn de Danemark déclencha une nouvelle vague de soulèvements anglais dans diverses parties du pays. Edgar et les autres exilés ont navigué vers le Humber, où ils ont rejoint les rebelles de Northumbrie et les Danois. Leurs forces combinées ont submergé les Normands à York et ont pris le contrôle de la Northumbrie, mais un petit raid maritime mené par Edgar dans le Lincolnshire s'est soldé par un désastre et il s'est échappé avec seulement une poignée de partisans pour rejoindre l'armée principale. À la fin de l'année, William s'est frayé un chemin dans la Northumbrie et a occupé York, rachetant les Danois et dévastant le pays environnant.[6] Au début de 1070, il s'opposa à Edgar et à d'autres chefs anglais qui s'étaient réfugiés avec leurs derniers partisans dans une région marécageuse, peut-être Holderness, et les mit en fuite. Edgar est retourné en Écosse.

    Il y resta jusqu'en 1072, lorsque Guillaume envahit l'Écosse et força le roi Malcolm à se soumettre à sa seigneurie. Les termes de l'accord entre eux comprenaient probablement l'expulsion d'Edgar[7]. Il s'installa donc en Flandre, dont le comte, Robert le Frison, était hostile aux Normands. Cependant, en 1074, il put retourner en Écosse. Peu de temps après son arrivée là-bas, il reçut une offre du roi Philippe Ier de France, qui était également en désaccord avec Guillaume, d'un château et de terres près des frontières de la Normandie à partir desquelles il pourrait piller la patrie de ses ennemis. Il s'embarqua avec ses partisans pour la France, mais une tempête fit naufrage leurs navires sur la côte anglaise. De nombreux hommes d'Edgar ont été pourchassés par les Normands, mais il a réussi à s'échapper avec le reste en Écosse par voie terrestre. À la suite de ce désastre, Malcolm le persuada de faire la paix avec William et de retourner en Angleterre comme sujet, abandonnant toute ambition de reconquérir son trône ancestral.[8]

    Déçu par le niveau de récompense et de respect qu'il a reçu de Guillaume, en 1085 Edgar a obtenu la permission du roi d'émigrer avec une suite de deux cents chevaliers, pour chercher fortune dans la colonie normande en expansion dans le sud de l'Italie et la Sicile.[9] Le Domesday Book, compilé l'année suivante, n'enregistre que deux domaines dans le Hertfordshire avec une valeur totale de ꌐ p.a. comme appartenant à Edgar, une attribution de propriété extrêmement faible pour un homme de son rang et bien inférieure à celle détenue par sa sœur Cristina, dont les revenus des domaines étaient évalués à ꍘ.[10] C'est probablement parce qu'Edgar avait renoncé à ses propriétés anglaises lorsqu'il est parti pour l'Italie, sans vouloir revenir. Dans ce cas, l'enregistrement des domaines du Hertfordshire sous son nom est probablement une anomalie, reflétant une situation qui avait récemment cessé de s'appliquer.[11]

    L'aventure en Méditerranée n'était évidemment pas un succès, puisqu'en quelques années Edgar était en fait revenu. Après la mort du roi Guillaume en 1087, Edgar soutint le fils aîné de Guillaume, Robert Curthose, qui lui succéda en tant que duc de Normandie, contre son deuxième fils, Guillaume Rufus, qui reçut le trône d'Angleterre sous le nom de Guillaume II. La guerre menée par Robert et ses alliés pour renverser Guillaume s'est soldée par une défaite en 1091. Dans le cadre du règlement qui en a résulté entre les frères, Edgar a été privé des terres qui lui avaient été concédées par Robert. Il s'agissait vraisemblablement d'anciennes possessions de William et de ses partisans en Normandie, confisquées par Robert et distribuées à ses propres partisans, dont Edgar, mais restituées à leurs anciens propriétaires selon les termes de l'accord de paix. Le mécontent Edgar s'est de nouveau rendu en Écosse, où Malcolm se préparait à la guerre avec William. Cependant, lorsque Guillaume a marché vers le nord et que les deux armées se sont affrontées, les rois ont choisi de parler plutôt que de se battre. Les négociations ont été menées par Edgar au nom de Malcolm et le nouvellement réconcilié Robert Curthose au nom de William. L'accord résultant comprenait une réconciliation entre William et Edgar.[12]

    De retour en Angleterre, en 1093, Edgar se rend à nouveau en Écosse en mission diplomatique pour que William négocie avec Malcolm, mécontent de l'échec des Normands à mettre en œuvre intégralement les termes du traité de 1091. Ce différend a conduit à la guerre et au cours de l'année, Malcolm avait envahi l'Angleterre et avait été tué avec son fils aîné lors de la bataille d'Alnwick. Le successeur de Malcolm, son frère Donald B&# x00e1n, chassa les serviteurs anglais et français qui s'étaient élevés au service de Malcolm et avaient ainsi suscité la jalousie de l'aristocratie écossaise existante. Cette purge le mit en conflit avec la monarchie anglo-normande, dont elle avait diminué l'influence en Écosse. William a aidé Duncan, le fils aîné de Malcolm, qui avait passé de nombreuses années en otage à la cour de Guillaume Ier et y était resté lorsqu'il a été mis en liberté par Guillaume II, à renverser son oncle, mais Donald a rapidement regagné le trône et Duncan a été tué.[13] En 1097, un autre effort pour restaurer l'intérêt anglo-normand par le parrainage des fils de Malcolm a été lancé et Edgar a fait un autre voyage en Écosse, cette fois à la tête d'une armée d'invasion. Donald a été évincé et Edgar a installé son neveu et homonyme, le fils de Malcolm et de Margaret, Edgar, sur le trône écossais.[14]

    L'historien Orderic Vitalis a affirmé qu'Edgar était le chef d'une flotte anglaise qui a navigué dans la Méditerranée et a opéré au large des côtes syriennes à l'appui de la première croisade, dont les équipages ont finalement brûlé leurs navires délabrés et ont rejoint l'avance par voie terrestre vers Jérusalem. Cependant, cette flotte est connue pour être arrivée au large des côtes syriennes en mars 1098. Étant donné que l'invasion de l'Écosse par Edgar avait été lancée à la fin de 1097, il ne pouvait pas partir après son achèvement et a fait un si long voyage dans le temps disponible, bien que il est tout à fait concevable qu'il ait pu se rendre rapidement en Méditerranée par voie terrestre et avoir rendez-vous avec la flotte alors qu'elle passait vers l'est. Guillaume de Malmesbury a enregistré qu'Edgar a fait un pèlerinage à Jérusalem en 1102 et il est probable que le rapport d'Orderic est le produit de la confusion, confondant l'expédition de la flotte anglaise avec le voyage ultérieur d'Edgar. Certains historiens modernes ont suggéré qu'à un moment donné au cours de ces années, Edgar a servi dans la garde varangienne de l'empire byzantin, une unité qui était à cette époque composée principalement d'émigrants anglais, mais cela n'est pas étayé par des preuves.

    De retour en Europe, Edgar prit à nouveau le parti de Robert Curthose dans les luttes internes de la dynastie normande, cette fois contre le plus jeune frère de Robert, qui était désormais Henri Ier, roi d'Angleterre. Il a été fait prisonnier lors de la défaite finale à la bataille de Tinchebray en 1106, ce qui a entraîné l'emprisonnement de Robert pour le reste de sa vie. Edgar a eu plus de chance : après avoir été ramené en Angleterre, il a été gracié et libéré par le roi Henri.[27][28] Sa nièce Edith (renommée Mathilde), fille de Malcolm III et Margaret, avait épousé Henry en 1100. On pense qu'Edgar a voyagé en Écosse une fois de plus tard dans sa vie, peut-être vers l'an 1120. Il a vécu pour voir la mort en mer en Novembre 1120 de William Adeling, le fils de sa nièce Edith et héritier d'Henri I. Edgar était encore en vie en 1125, selon Guillaume de Malmesbury, qui écrivait à l'époque qu'Edgar « vieillit désormais à la campagne dans l'intimité et le calme ». 5] Edgar est mort quelque temps après cette référence contemporaine, mais la date exacte et l'emplacement de sa tombe ne sont pas connus.

    Il n'y a aucune preuve qu'Edgar a épousé ou produit des enfants à part deux références à un "Edgar Adeling" trouvé dans le Magnus Rotulus Pipae Northumberland (Pipe rolls) pour les années 1158 et 1167.[29] L'historien Edward Freeman, écrivant dans L'histoire de la conquête normande de l'Angleterre, dit qu'il s'agissait du même Edgar (âgé de plus de 100 ans), un de ses fils, ou une autre personne connue sous le titre "&# x00c6theling". C'est la seule preuve que la lignée masculine de la famille royale d'origine d'Angleterre s'est poursuivie au-delà de la mort d'Edgar.[4]

    Héritier des rois saxons d'Angleterre. A fui Guillaume le Conquérant. Référence : wikipédia

    Roi des Anglais (contesté) Règne&# x000915 Octobre &# x2013 10 décembre 1066 Couronnement&# x0009Jamais couronné prédécesseur&# x0009Harold Godwinson Successeur&# x0009William le Conquérant Né&# x0009c. 1051 Hongrie est mort&# x0009c. 1126 (aged c. 75) House House of Wessex Father৭ward the Exile Motheršgatha


    Edgar the Atheling, Part 2: Enemy of William the Conqueror

    With the death of Harold Godwinson following the Battle of Hastings, the Witan assembled in London and nominated Edgar king. Both Stigand, Archbishop of Canterbury and Ealdred of York, as well as the two brother earls, Edwin and Morcar (of Mercia and Northumberland, respectively) were there in London However, as William approached London, Edgar's support started to disappear, with Stigand, Archbishop of Canterbury submitting at Wallingford. With the Conqueror getting ever closer to London, the members of the Witan still in London began negotiations with William, resulting in Edgar being handed over to William at Berkhamsted. Edgar and other English leaders went to William's court in Normandy in 1067. However, when they returned to England, he fled and his mother and sisters fled to the court of Malcolm Canmore III in Scotland. Margaret, a sister of Edgar, (who would become St Margaret) was married to the Scottish King. Malcolm promised to help Edgar gain the English throne. Edgar may have been involved in the failed rebellion of Edwin and Morcar in 1068, but with the Northern Rebellion in early 1069, William's reign over England was indeed threatened.

    Victorian depiction of Malcolm and Margaret

    When rebellion broke out in Northumberland, Edgar along with other exile rebels, headed back to England from Scotland. Edgar was became the leader or at least the figurehead of the revolt. The rebellion was initially successful, but it was eventually defeated by William at York, causing Edgar once more to return to Scotland (the Anglo-Saxon Chronicle suggests these events happened in 1068, others 1069). In late summer ( most likely, in 1069) a Danish fleet set by Sweyn Estridsson arrived and some more rebellions were sparked. Edgar and some other exiles sailed to the Humber, where they met up with some Northumbrian rebels and the Danes. They defeated the Normans at York and for a short time took control of Northumbria. However, a small seaborne raid led by Edgar into Lindsey ended in a disaster and he only escaped to with a few followers to rejoin the main army. William then marched into Northumbria and seized York, he bought off the Danes and then devastated the surrounding countryside and also eventually as far as north as the Tees (the notorious Harrying of the North). William, in 1070, took action against and defeated Edgar and some of his followers in a marshy region (perhaps, Holderness) forcing the Atheling once more to flee to Scotland. Edgar remained in Scotland until 1072, however when William invaded Scotland, Edgar was forced to leave, perhaps as part of an agreement. Edgar then took up residence in Flanders, whose count Robert the Frisian was hostile to the Normans. By 1074, Edgar was able to return to Scotland, but he eventually received an offer from Philip I of France, who was at odds with William. He offered him lands and a castle near Normandy, so he could raid the Duchy. He left for France, by ship, but a storm caused his ship to be shipwrecked. Many of Edgar's followers were hunted down by the Normans, however Edgar once more escaped to Scotland with the remainder of his followers. As a result, Malcolm persuaded Edgar to make peace with William and to return to England as William's subject, therefore ending any hope of him gaining the throne. However, this is certainly not the ending of the Atheling's story.


    Challenge: Edward the Confessor chooses Edgar Atheling as his heir but William II of Normandy Is his regent

    None of the Anglo-Saxons took William the Conqueror's propaganda seriously. Even if William was named heir, the forcible return of Godwin and his sons from exile, when they basically took over control of the country and relegated Edward to a figurehead, made William becoming king impossible without war and violent suppression (as happened in OTL). It says a lot that Harold Godwinson was elected king ONE day after Edward the Confessor's death, unanimously.
    I don't think it really matter who they're descended from. How about a difference there though: Philip is a scion of one of the most powerful and illustrious dynasties of Europe, William is the bastard ruler of a French duchy.
    Yeah that's true.

    Anyway what I meant by my question is something you've already answered here: "co-ruler of England". Mary and her ministers ruled England, not Philip. Certainly they were favorable to Spain and very favorable to Catholicism, but you're proving my point for me. You *cannot* just handwave away William's impossibility of obtaining the throne without violence, by bringing Philip up when the situation and people involved are completely different.


    Saint Margaret, Queen of Scotland

    Quaint legends to our hearts endear
    Our sainted Scottish Queen:
    Alone, unseen, oft strayed she here
    In thoughtful mood, serene
    Thus oft from yonder ancient towers
    She sought from pomp to dwell,
    And pondered o’er life’s fleeting hours
    Beside her cherished well.

    Thomas Morrison

    In the fall of 2008, my husband and I took the train from London to Edinburgh on a self guided tour of the city. Our package included tickets to see Edinburgh Castle which is the coolest castle ever. While there I noticed a small building named St Margaret’s Chapel. This aroused my curiosity. Who is St Margaret? There was a small pamphlet for purchase called “St Margaret, Queen of Scotland and Her Chapel” which I bought and read. Saint Margaret was Queen of Scotland in the 11th Century. I had never heard of her. When I returned home, I started researching Anglo-Saxon history and discovered that Margaret was related to the Anglo-Saxon Kings.

    In our prior blog about Emma of Normandy, we learned she married King Aethelred the Unready as his second wife. Aethelred and his first wife, AElfgifu had a son named Edmund Ironside. Edmund in turn had two sons, Edmund and Edward. When Aethelred died, the Danish invader Cnut took the kingdom, killing Edmund Ironside in the process and sending his two young sons into exile to Sweden. From there they went to live with relatives in Kiev. Andrew, the future King of Hungary visited the court in Kiev and met the two young boys. When Edward was in his twenties, he married Agatha, a woman whose ancestry is unknown. When Andrew needed aid in seizing the throne of Hungary, he invited Edmund and Edward to help with promises of riches and property. Edward and his new wife moved to Hungary.

    It is believed that Margaret was born in Hungary around 1045-1047, the eldest child of Prince Edward. Margaret had a sister Christina and a younger brother Edgar, called Atheling. (Atheling means “king ready”). The Hungarian King fulfilled his promise by giving Edward money and property so Margaret lived in Hungary in relative comfort until 1054. At that time, Edward the Confessor, King of England, who had no heir, summoned Margaret’s father to come, possibly promising him the throne.

    Shortly upon arrival in England, Margaret’s father died, either of natural causes or murder. We will never know the truth of what happened. Agatha, Margaret and her siblings came under the care of Edward the Confessor’s Queen, Edith of Wessex. Margaret, more than likely was sent to Edith’s favorite convent, Wilton for schooling and religious training in the Benedictine Order. While at Wilton, Margaret became immersed in the cloistered life and began to dream of dedicating her life to God. It was also during this time that Malcolm of Scotland came to the court of King Edward and may have met Margaret. Events in 1066 would change everything for Margaret’s family.

    When Edward the Confessor died in late 1065, there was a possibility Margaret’s brother Edgar could become king. But the king’s council knew a young boy would not be able to hold on to the kingdom and instead elected the seasoned warrior, Harold of Wessex as King. By the fall of 1066, William the Conqueror had defeated Harold at the Battle of Hastings and had himself crowned King. Margaret’s family was treated fairly well by William but Agatha decided to go into exile in 1068.

    There are two possibilities for what happened next. Either Agatha intended to sail to Scotland or, she planned to return to the continent and a storm buffeted their ship and forced them to land there. They were heartily welcomed by the Scottish King Malcolm and lived at his court. Margaret and Malcolm were married in 1070. Margaret’s true dream was to become a nun but she probably felt she could serve God with more resources as Queen. Malcolm was forty at the time and this was his second marriage.

    By all accounts, Margaret was a beautiful, blond Saxon princess in her twenties who was educated and had learned the art of being a royal wife from Edward’s Queen Edith. She immediately began work on improving the Scottish court at Dunfermline and later at Edinburgh Castle by furnishing and cleaning. She dressed her husband in more royal clothes and started an entourage around him to give him a more royal presence and authoritative demeanor. She also began her great works of charity.

    Most of what we know of Margaret is from a biography commissioned by her daughter Matilda of Scotland and written by Bishop of St. Andrews Turgot, who knew Margaret personally. He describes how Margaret served the poor every day of her life and worked hard to transform the Scottish church. She gave food, money, clothes and gifts to churches and individuals. She loved to meet anchorites and hermits who had dedicated their lives to God. While she had no power as Queen, she did have practical influence on her husband. She was lucky Malcolm loved her so much he allowed her to indulge in these works of generosity. She loved to walk to a small grotto not far from Dunfermline Tower to pray in peace. This cave is still there. Margaret began a building program for Dunfermline Abbey and constructed a ferry so pilgrims could cross the Firth of Forth to travel to the shrine there for free and to St. Andrew’s further to the north. She did all this while having eight children and praying and following religious observances herself for many hours. She followed the rules of fasting and abstemiousness so well, it probably killed her in the end.

    Over the years, Malcolm allied with Margaret’s brother, Edgar the Atheling in trying to establish him on the throne of England. He also aggravated William the Conqueror and his son William Rufus II over the years by raiding Northumberland five times. The last time he went in 1093, Malcolm and their eldest son Edward were killed in battle. By this time, Margaret was critically ill. When her second son Edmund came home from the battle that killed her husband, he did not want to tell her the bad news. But she already knew her husband and son were dead. She lived for four more days and finally died on November 16th.

    Margaret was buried at Dunfermline and later, Malcolm was buried with her. Revelations of her saintly life began to circulate. People flocked to her tomb and miracles were perpetuated. A survey of miracles was eventually compiled and sent to the Pope Innocent IV and he canonized her in 1250. Some may find her dogmatic and smug but no one can deny she served the poor and did good works.

    Three of Margaret’s sons became of Kings of Scotland and her daughter Edith, later named Matilda, married the son of William the Conqueror, Henry I and became Queen of England. It is said the Scottish Church was reformed more under her son David I than under her but this is proof her legacy lived on through her children. He is the one who built the small chapel in Edinburgh Castle in honor of his mother.

    St. Margaret’s Chapel, Edinburgh

    Further reading: “Life of St. Margaret Queen of Scotland” by Bishop of St. Andrews Turgot, “Margaret Queen of Scotland” by Henry Grey Graham, “Queen Margaret of Scotland” by Eileen Dunlop


    Voir la vidéo: Edgar vs Bibi Friday night funkin